Africain.info : actualité Afrique
REVUE DE PRESSE   :   ACTUALITES D'AFRIQUE
   
 

CAMEROUN : Ces milliards qui dérangent l’organisation des obsèques du richissime Victor Fotso

Par Chef Aby | Africain.info | mardi 16 juin 2020
    e-mail  

L’industriel camerounais, Fotso Victor, décédé dans un hôpital français le 19 mars dernier, pourrait ne pas avoir des obsèques dignes. Sa famille est aujourd’hui en lambeaux, à cause de l’immense fortune que laisse ce dernier, rendant quasiment impossible le rapatriement de la dépouille et l’organisation des funérailles du milliardaire, initialement prévus le 20 juin prochain.

« Deux milliards Fcfa destinés aux obsèques, accaparement du patrimoine immobilier, mésentente autour de l’organisation des obsèques du capitaine d’industrie décédé le 19 mars 2020 à Neuilly-sur-Seine en France, sont entre autres mobiles du conflit ouvert au sein de la famille du feu patriarche. 120 enfants et 25 veuves se crêpent le chignon », ces révélations sont faites par Alain Njipou, et Le Messager, parution du vendredi 12 juin. Victor Fotso a succombé des suites d’une courte maladie, à l’âge de 94 ans.

LA FAMILLE FOTSO PLUS QUE DIVISEE

La nombreuse famille du magnat camerounais de l’industrie et de la finance, Fotso Victor, fragmentée dans le deuil. Et des langues se délient. Des coups bas et tacles par derrière sont légion. Le tout dans un climat tendu. Deux clans se sont d’ores et déjà formés. Le premier est constitué de dame Njitap Laure (dit Mimi), de sa sœur, Mme Fongang Michèle Blanche, de leurs époux respectifs, Gérémie Sorel Njitap et Fongang Bernard, homme d’affaires. Ajouter à ce clan, Mme Nicky Love, actuelle maire de Bandjoun, Frank Fotso et Mathieu Fenkam, celui qui d’après certaine source, « avait été renié par le patriarche de son vivant, au point d’être mis hors de la concession familiale ».

L’autre clan est constitué des aînés de la famille Fotso, représentés par Fotso Roger, âgé de 63 ans, le premier fils du patriarche, avec lui, plus d’une vingtaine de veuves et une cinquantaine d’autres d’enfants, qui aurait tous donné procuration à leur frère Fotso John, résident en France, de les représenter, pour faire valoir leurs droits, dans le cadre de l’organisation des obsèques de leur père dans la dignité, dont les veuves et enfants veulent tous assister et participer à l’organisation.

LA DEPOUILLE DU MILLIARDAIRE BLOQUE EN FRANCE

Victor Fotso, ici lors d’une cérémonie philanthropique, peu de temps avant qu’il ne tire sa révérence

Le 2 juin, par exploit de l’huissier de justice parisien, Me Marie Herbette, l’avocat Apolin Pepiezep Pehuie, du Barreau des Hauts-de-Seine en France, agissant pour le compte de 18 des 25 veuves du défunt, avec en première ligne Mme Fotso Line Chantal née Megho Tangho, comptable de nationalité camerounaise, née le 22 septembre 1965, demeurant à Bandjoun (Cameroun) et une partie importante des fils Fotso, représentés par Monsieur Fotso John, a fait signifier au Consul Général du Cameroun à Paris, Monsieur Oben Enoh Victor, un courrier d’opposition à la « délivrance d’autorisation d’entrée de la dépouille mortuaire de Monsieur Fotso Victor, à toute autre personne que Monsieur Fotso John, seul mandataire de la famille du défunt ». Dans ce courrier adressé au Consul du Cameroun à Paris, Maître Apolin Pepiezep Pehuie dit « la dépouille de Monsieur Fotso Victor est actuellement encore en France, en attente de l’organisation des formalités de rapatriement au Cameroun et des funérailles. Le défunt est père d’environ 120 enfants et époux de 25 femmes ». L’avocat révèle par ailleurs que ceux de la famille dont il défend les intérêts, ont constaté que « de multiples formalités post mortem entreprises par certaines personnes, membres de la famille, ont été faites à l’initiative individuelle de celles-ci, sans en informer le reste de la famille et/ou obtenir son accord ». Pourtant, fait remarquer l’Avocat, « ces personnes ne disposent d’aucun pouvoir pour accomplir lesdits actes au nom de la famille ».

LE TRIBUNAL DE NANTERRE EN FRANCE SAISIE

Une plainte avec constitution de partie civile a été déposée par l’avocat et ses clients, auprès au Parquet du Procureur de la République du Tribunal judiciaire de Nanterre en France, pour « mort suspecte au regard des circonstances du décès de Victor Fotso, des mouvements sur des comptes personnels et ceux des sociétés familiales quelques jours avant et après sa mort ».

L’avocat soutient par ailleurs que : « Le corps du sieur Fotso Victor, ne saurait dès lors, faire l’objet d’une exportation vers le Cameroun, tant que le procureur de la République ne se sera pas prononcé et qu’une plainte pour abus de faiblesse est également en cours ». Dans ces conditions, l’avocat demande au Consul Général du Cameroun à Paris, de prendre acte de la volonté de la majorité des membres de la famille, qui donne tous pouvoirs à John Fotso d’agir en son nom et pour son compte en France, dans le cadre des actions en justice et des formalités de rapatriement de la dépouille mortuaire de leur parent, vers le Cameroun. En outre, Me Apolin Pepiezep Pehuie recommande au diplomate camerounais, de « ne délivrer l’autorisation d’entrée de la dépouille mortuaire de Victor Fotso qu’à Monsieur Fotso John, à l’exclusion de toute autre personne ».

DES MILLIARDS AU CENTRE DE LA DECHIRURE

Fotso Victor était en plus le Maire de la ville de Bandjoun, dans la Région de l’Ouest Cameroun

A l’opposé, toujours selon Le Messager, « le clan conduit par dame Njitap Laure et dame Fongang Michèle Blanche et leurs époux, reprochent à l’autre tendance leur vœu de vouloir attendre le dé-confinement et la réouverture des frontières, pour rendre un ultime hommage au patriarche via des obsèques pompeuses, populaires et quasi démesurées, en présence de tous les épouses, enfants, employés et amis du défunt. Laure et Michèle militent en faveur de la tenue dans des meilleurs délais des obsèques de leur défunt géniteur, en présence certaines autorités acquises à leur cause, triées sur le volet. Mais aussi davantage, en l’absence de la majorité des enfants et veuves, bloqués à l’étranger en raison des mesures restrictives liées à la lutte contre la propagation de la Covid-19. Selon l’enquête du Messager, dame Njitap Laure et sa sœur Michèle Blanche Fongang, envisageraient mettre seulement un milliard pour l’organisation des obsèques de leur papa, et empocher à eux deux, l’autre partie des deux milliards prévus par le patriarche, de son vivant, pour ses funérailles ». Il est également reproché au camp de Madame Njitap, des tripatouillages sur les biens immobiliers du patriarche Fotso Victor, peu de temps seulement avant son décès. Notamment, les locaux de l’Ambassade d’Allemagne à Yaoundé et la villa annexe, plusieurs immeubles à Yaoundé et à Douala, les sites des ex-cinémas le Wouri à Douala et Abbia à Yaoundé…

Devant cette danse macabre autour des restes du valeureux capitaine d’industries camerounaises, l’organisation de ses obsèques, initialement annoncées pour le 20 juin, devient hypothétique. La dépouille de Victor Fotso restera sûrement encore un bon moment, dans le froid français, où elle est conservée depuis trois mois. Avant toute chose, les deux fragments de la famille devront attendre la réaction administrative de l’Ambassade du Cameroun à Paris et surtout, les décisions des procédures judiciaires engagés en France, pour élucider les circonstances du décès de ce patriarche de Pété-Bandjoun et les mouvements de fonds opérés dans ses comptes, après son décès. Affaire rocambolesque à suivre.

CHEF ABY

 
 
  Dernière minute dans les journaux d'Afrique :
 
 

  AUTRES ARTICLES DE CET AUTEUR
 
MUNICIPALES EN FRANCE : Ces Camerounais rejetés dans leur pays, mais bien élus en France

Le monde bouge, les barrières tombent, la planète terre devient un village, un village pour tous, partout. En France par exemple, c’est une (...)
CAMEROUN, Fête de la musique : Désaccords autour de la mémoire du saxophoniste Manu Dibango

Le saxophoniste camerounais, Manu Dibango, star de l'afro-jazz et auteur d'un des plus grands tubes planétaires de la musique world, "Soul (...)
CAMEROUN : Le fils du chef de l’état condamné à deux ans de prison et écroué

Inculpé et écroué à la maison d’arrêt de Yaoundé Kondengui, depuis le 3 juin 2019, Georges Gilbert Baongla, qui passe pour être le fils du Président (...)

voir +++

 
 
 

 
 

Le portail Africain.info indexe des journaux existants par ailleurs indépendamment sur le web. Les opinions exprimées dans ces journaux ne reflètent pas les opinions d’Africain.info, et ne peuvent lui être imputées. Pour toute réclamation sur les contenus, voir directement avec les journaux concernés ou les auteurs des articles.

Africain.info : articles originaux sur l'actualité africaine et toute la presse de l'Afrique en ligne. Portal de journaux africains et actualités africainnes de dernière heure.

Publication web : DIRECTWAY, France.

| Conditions générales d'utilisation  | Nos coordonnés, contact   | Copyright © DIRECTWAY Africain.info