Africain.info : actualité Afrique
REVUE DE PRESSE   :   ACTUALITES D'AFRIQUE
   
 

Cameroun : Manifestation populaire à Paris du plus grand opposant à Paul Biya

Par Chef Aby | Africain.info | lundi 3 février 2020
    e-mail  

La Place de la République à Paris était bondée de monde samedi dernier 1er février. Ce n’était pas pour une manifestation, devenue traditionnelle, des Gilets jaunes, mais plutôt, des membres de la diaspora camerounaise, venus témoigner leur soutien au principal opposant au régime de Yaoundé, en visite en France, après sa libération le 5 octobre 2019 de 9 mois de détention. Une mobilisation qui interpelle !

Diaspora camerounaise, sur la Place de la République à Paris

Alors que la campagne électorale du double scrutin municipal et législatif, du dimanche prochain, 9 février, bat son plein dans son pays, l’homme politique Maurice Kamto, président national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), qui appelle au boycott des élections, est en tournée internationale depuis trois semaines. Après le Canada et les Etats-Unis ou il a été reçu par le « Monsieur Afrique » du département d’Etat américain, Tibor Nagy, puis par Karen Bass, « Madame Afrique au Congrès Américain » ; Il est arrivé en France en fin de semaine. Jeudi matin il a donné une conférence de presse très courue et préside une convention des différentes unités de sa formation politique en Europe, dans une salle bondée de monde, dans le 1er arrondissement de Paris. Le clou a été la manifestation de samedi 1er février, sur l’emblématique Place de la République à Paris.

SUR LE ROLE DE LA FRANCE

Foule écoutant le discours de Maurice Kamto

Environ huit cent CRS et gendarmes étaient mobilisés pour encadrer la manifestation, préalablement déclarée par le principal responsable d’organisation, Monsieur Djoko Henri, auprès de la Préfecture de Paris. On a dénombré, selon les estimations des organisateurs, près de 100 milles manifestants en liesses, bardés des drapeaux du Cameroun, des effigies, des banderoles et pancartes avec des messages hostiles au régime du président Paul Biya. Des animations musicales des artistes musiciens camerounais en Europe et groupes de danses folkloriques ont tenues les manifestants et nombreux curieux en allène. Plusieurs interventions et témoignages… Tout y était pour « passer le message d’exaspération des Camerounais vis-à-vis de la France qui continue d’apporter son soutien au régime dictatorial de Yaoundé », nous a déclaré sous anonymat, un manifestant.

Le Professeur Maurice Kamto dans son intervention après l’exécution de l’hymne nationale du Cameroun, et de la renaissance du MRC, a pour sa part tenu d’abord à remercier chaleureusement la France, qui permet ainsi aux Camerounais d’organiser sur son sol, « …une manifestation que nous ne pouvons pas organiser chez-nous au Cameroun », avant de regretter que les autorités françaises n’aient pas, jusqu’ici, pris suffisamment au sérieux la situation qui prévaut actuellement au Cameroun. « Pourtant, elles sont très impliquées en République centrafricaine (RCA) qui est notre voisine. Mais les enjeux au Cameroun sont autrement plus importants compte tenu de la taille du pays et de sa population » a-t-il ajouté.

SUR LE BOYCOTT DES ELECTIONS

Des manifestants brandissant les noms de leurs camarades encore en détention au Cameroun

Dans un long monologue d’une cinquantaine de minutes, Maurice Kamto, le dauphin de Paul Biya à l’élection présidentielle du 7 octobre 2018 (élection dont il a toujours contesté les résultats), a relevé que « Le Cameroun est un pays qui a vocation à être un pays développé, c’est notre vocation naturelle, et nous n’accepterons pas que l’on nous maintienne dans les affres du sous développement, alors que nous avons tout pour être la nation africaine la plus prometteuse ». A propos des élections de dimanche prochain, il a dit : « Nous disons aux Camerounais de rester chez-eux le 9 février. D’habitude ils disent "on ne va pas marcher parce qu’on va tirer sur nous", cette fois-ci, qu’ils restent chez-eux le 9 février, personne ne viendra tirer sur eux ». Le président du MRC a précisé par ailleurs que : « Nous n’avons pas créé le MRC pour donner quelques postes à nos camarades (...) Mais c’est pour changer le Cameroun ».

A propos de la crise sécuritaire qui fait de nombreux victimes dans les deux régions anglophone du pays, le leader de l’opposition camerounaise pense que « il ne suffit pas d’envoyer des camions de militaires dans nos deux régions anglophones en conflit, soit pour maintenir la paix ou pour voter à la place des populations, pour faire croire qu’il y a une paix... Nous avons donc dit, tant qu’on n’a pas résolu la situation dans ces deux parties du pays, tant qu’on n’a pas révisé le code électoral, nous n’irons à aucune élection dans le pays  ».

SUR LA DOUBLE NATIONALITE

Maurice Kamto lors de son discours samedi dernier

Pour ce qui est d’une question qui préoccupe de nombreux Camerounais de l’étranger, ayant d’autres nationalités, le Pr Maurice Kamto a rappelé que : « …vous pouvez regarder, dans notre projet de société du MRC. Depuis 2012, j’ai toujours soutenu, non pas seulement la double nationalité, mais la multiple nationalité … Je veux qu’on donne une chance à nos enfants, et à la jeunesse camerounaise, de compétir dans ce monde où nous sommes, qui est un monde de compétition ». Les lois du pays n’admettent pas la double nationalité. Elles affichent clairement que : Tout Camerounais qui acquiert ou conserve volontairement une nationalité étrangère, perd de facto sa nationalité camerounaise.

A la fin de son discours de samedi à la Place de la République à Paris, Maurice Kamto a donné sa vision du panafricanisme : « …Je n’aime pas trop les discours sur le panafricanisme. Je veux un panafricanisme accompagné des actes. Quand je serai au pouvoir, on réalisera d’abord le panafricanisme à 3 ou à 4 états, avec ceux qui sont prêt, avant d’aller au panafricanisme à 54… ».

CHEF ABY

 

  AUTRES DOSSIERS SPECIAUX
 
 
 
  Dernière minute dans les journaux d'Afrique :
 
 

  AUTRES ARTICLES DE CET AUTEUR
 
Cameroun, musellement de la presse : raid d’un ministre sur quatre médias privés

Paul Atanga Nji [photo], nommé le 2 mars 2018 ministre camerounais de l’administration territoriale (équivalent à ministre de l’intérieur), s’était (...)
DROITS DES FEMMES : Des Africaines se rendent à l’ONU pour plaider leur cause

Les femmes, au plan mondial, célèbreront cette année, le vingt-cinquième anniversaire de la quatrième conférence mondiale sur les femmes, avec (...)
JOUR D'ELECTIONS AU TOGO : Les diasporas togolaises se passionnent pour les présidentielles

Le contexte est particulier. Le scrutin de ce samedi, 22 février 2020 au Togo, s'annonce palpitant, après 50 ans de pouvoir de la famille (...)

voir +++

 
 
 

 
 

Le portail Africain.info indexe des journaux existants par ailleurs indépendamment sur le web. Les opinions exprimées dans ces journaux ne reflètent pas les opinions d’Africain.info, et ne peuvent lui être imputées. Pour toute réclamation sur les contenus, voir directement avec les journaux concernés ou les auteurs des articles.

Africain.info : articles originaux sur l'actualité africaine et toute la presse de l'Afrique en ligne. Portal de journaux africains et actualités africainnes de dernière heure.

Publication web : DIRECTWAY, France.

| Conditions générales d'utilisation  | Nos coordonnés, contact   | Copyright © DIRECTWAY Africain.info