Africain.info : actualité Afrique
REVUE DE PRESSE   :   ACTUALITES D'AFRIQUE
   
 

COVID-19 : le Nigeria et ses voisins exhortés à prendre position sur la diversification économique et énergétique sur le continent

Par APO | Africain.info | mardi 5 mai 2020
    e-mail  

Les crises économiques dans les pays africains producteurs de pétrole cette année seront si graves qu’elles pourraient atteindre des récessions économiques à deux chiffres (l’Angola, le Gabon, le Congo ou la Guinée équatoriale)

LAGOS, Nigeria, 5 mai 2020/ — S’il y a une chose que les crises actuelles du COVID-19 et du prix du pétrole ont démontré, c’est que les pays africains producteurs de pétrole ne sont toujours pas économiquement diversifiés. Malgré les mesures répétées prises par les gouvernements au cours de la dernière décennie pour diversifier leurs économies, en particulier à la suite des récessions africaines de 2014-2016, les résultats sont insuffisants. Les crises économiques dans les pays africains producteurs de pétrole cette année seront si graves qu’elles pourraient atteindre des récessions économiques à deux chiffres.

Alors que des pays comme le Nigéria, l’Angola, le Gabon, le Congo ou la Guinée équatoriale font face à des creux sans précédent des prix du pétrole et luttent pour maintenir leurs économies à flot, le ralentissement actuel pourrait bien être le tournant historique dont ces économies ont besoin pour placer sérieusement la diversification de l’économie au sommet de leurs priorités.

Pour être clair, la diversification ne signifie pas la fin du pétrole, bien au contraire. Une diversification efficace passe par une meilleure utilisation des revenus pétroliers pour alimenter d’autres secteurs de l’économie, bâtir une base industrielle plus forte et créer des emplois. Mais cela signifie également diversifier la production nationale d’hydrocarbures et accroître la production, la monétisation et la valorisation du gaz naturel. En fait, pour de nombreux producteurs de pétrole africains, une diversification économique réussie dépend de leur capacité à augmenter la production d’hydrocarbures et à mieux exploiter le gaz naturel torché et associé pour produire de l’électricité pour les industries, des engrais pour les agriculteurs et des produits pétrochimiques pour leurs marchés intérieurs en pleine croissance.

Avec 188,8 Tpi3 de gaz naturel prouvé (BP, 2019), le Nigéria possède les plus grandes réserves de gaz découvertes d’Afrique et les 10e plus grandes au monde. En 2019, il était le sixième exportateur mondial de GNL avec une part de marché mondiale de 6%, devant l’Algérie (3%), l’Angola (1%) et la Guinée équatoriale (1%) selon les derniers chiffres de l’Union internationale du gaz. Pourtant, sur les 20,8 millions de tonnes de GNL que le Nigéria a exportées l’année dernière (IGU, 2020), 54% sont allées en Europe, 37% en Asie et le reste aux Amériques et au Moyen-Orient. En bref, aucun GNL nigérian ne reste en Afrique. Le seul gaz nigérian qui atteint les marchés africains est l’approvisionnement limité et souvent interrompu qui passe par le gazoduc ouest-africain (WAGP) vers le Bénin, le Togo et le Ghana. Même alors, le manque d’approvisionnement en gaz stable à partir du gazoduc a contraint ces pays à recourir à des sources de gaz nationales ou internationales supplémentaires pour alimenter leurs centrales électriques.

« La situation actuelle sur les marchés mondiaux et africains de l’énergie offre aux Africains de formidables opportunités pour prendre une position forte sur la diversification économique. À cet égard, le Nigéria est le pays qui pourrait devenir le chef de file d’une plate-forme africaine de production de gaz dont le continent a tant besoin », a déclaré Kola Karim (photo), PDG et directeur général de Shoreline Natural Resources lors d’un podcast d’Invest Africa la semaine dernière. Il a raison, et à moins que la crise actuelle ne conduise à de sérieuses politiques de marché et initiatives pour monétiser le gaz à travers le Nigéria et l’Afrique, les difficultés liées à la dépendance au pétrole continueront et ne feront que se renforcer.

Il faut faire plus pour monétiser le gaz en Afrique. Heureusement, le continent a démontré plusieurs projets de monétisation de gaz réussis dans toutes les industries et au-delà de la production d’électricité. À Benin City, au Nigeria, NICPO développe depuis des années un réseau de points de vente de GNC qui emmènent les clients au-delà de l’essence et du diesel et leur offrent un carburant domestique, plus rentable et plus propre à mettre dans leurs voitures. À plus grande échelle, le gaz domestique est déjà valorisé dans l’usine d’engrais Indorama Eleme à Port Harcourt, actuellement en expansion, et dans l’usine Dangote Fertilizers qui sera bientôt mise en service à Lekki. Au Cameroun voisin, Victoria Oil & Gas a soutenu le développement d’une solide base industrielle et manufacturière à la périphérie de Douala en connectant plusieurs clients au gaz naturel. Toujours dans le golfe de Guinée, la Guinée équatoriale construit un terminal de regazéification pour traiter son propre gaz naturel dans plusieurs industries telles que l’électricité et le ciment sur sa partie continentale. Plus au nord, à Abidjan, le gouvernement ivoirien a initié l’achat et le déploiement d’autobus au GNC qui fonctionnent également au gaz naturel national. Les réussites abondent tout autour de nous, mais elles doivent être élargies et reproduites pour que l’Afrique puisse véritablement profiter des avantages de la diversification économique.

Pour réaliser cette ambition, le développement d’environnements favorables et de politiques de marché saines est essentiel pour faciliter les investissements dans la production de gaz et les infrastructures de transport et de traitement du gaz. « Le Nigeria a déjà saisi l’opportunité de maximiser son gaz avec le gazoduc ouest-africain. En tant qu’industrie, si nous sommes en mesure non seulement d’assurer un approvisionnement en gaz stable grâce à ce gazoduc, mais également d’établir des connexions au gaz supplémentaires vers l’Afrique du Nord et l’Europe via le Niger, et vers l’Afrique orientale et australe via la République centrafricaine, alors un pays comme le Nigéria se donne l’opportunité d’industrialiser l’ensemble du continent par la production et l’exportation de son gaz domestique tout en créant plusieurs milliers d’emplois », a ajouté Kola Karim. À cet égard, les incitations à accorder à ces infrastructures intermédiaires critiques, ainsi que les politiques de marché pour soutenir la valorisation du gaz, constituent des éléments clés de l’Agenda du secteur énergétique africain de la Chambre africaine de l’énergie publié ce mois-ci.

L’Afrique doit s’habituer à un monde post-COVID-19 où 50 $ / baril est le nouveau 100 $, et où la diversification doit être la priorité clé afin de créer une nouvelle couverture et un tampon naturel contre les futurs cycles comme celui qui ravage actuellement les marchés. « La diversification doit devenir notre nouvelle réalité », a ajouté Kola Karim. « Pour le Nigeria, il est temps de se lever et de se concentrer sur le gaz pour devenir la plate-forme productrice gazière dont le continent a besoin. Cette pandémie devrait nous donner à tous la possibilité de voir nos pays d’un point de vue interne et de nous préparer, ainsi que nos économies, à la prochaine grande crise », a-t-il conclu.

 

  DOSSIER SPECIAL AFRICAIN.INFO
 
 
 
  Dernière minute dans les journaux d'Afrique :
 
 

  AUTRES ARTICLES DE CET AUTEUR
 
La riposte à la COVID-19 doit cibler l'agriculture et les populations rurales pauvres d’Afrique

La réponse actuelle donne la priorité aux domaines de la santé, de l’économie et des infrastructures. Mais il faut aussi mettre l'accent sur la (...)
L'Ouganda pourrait devenir un acteur majeur du pétrole et du gaz en Afrique

NAIROBI, Kenya, 23 avril 2020/ -- Le président Museveni, et les PDG de Tullow Oil et de Total, n'auraient pas pu choisir un meilleur moment pour (...)
En plus du Covid-19, l’Afrique ne peut pas se permettre de subir aussi une crise due au criquet pèlerin

Dans toute l’Afrique de l’Est, des milliards de criquets pèlerins sont en train de dévaster notamment le Kenya, la Somalie, l’Éthiopie, le Soudan, le (...)

voir +++

 
 
 

 
 

Le portail Africain.info indexe des journaux existants par ailleurs indépendamment sur le web. Les opinions exprimées dans ces journaux ne reflètent pas les opinions d’Africain.info, et ne peuvent lui être imputées. Pour toute réclamation sur les contenus, voir directement avec les journaux concernés ou les auteurs des articles.

Africain.info : articles originaux sur l'actualité africaine et toute la presse de l'Afrique en ligne. Portal de journaux africains et actualités africainnes de dernière heure.

Publication web : DIRECTWAY, France.

| Conditions générales d'utilisation  | Nos coordonnés, contact   | Copyright © DIRECTWAY Africain.info